Sélectionner une page

Les élèves s’expriment

2016 – 2017

2016 - 2017 (Perrotti Florian)
Cette année fut riche en émotions et très instructive. C’est une formation complète et exigeante que ne regretterais jamais d’avoir faite et que je recommande vivement. Elle a complètement changé ma façon de voir le monde canin et je pourrais même dire ma vie ! Je suis passé du rêve à la réalité, mais il me reste encore énormément à apprendre pour que la réalité devienne mon quotidien. Un grand merci au Centre Canin Mirador pour avoir élaboré cette formation. Un immense MERCI à Corinne Genetti et Laura Pastori pour leur passion, écoute et de transmettre leurs connaissances.
2016 - 2017 (Musy Anne)
C’est avec un peu d’appréhension que j’arrive au premier jour de cours. Mes expériences passées m’ont parfois fait croiser des personnes trop sûres d’elles dans ce milieu, des personnes seules à détenir “la vérité”. Quelle magnifique surprise de découvrir une équipe très expérimentée, mais néanmoins ouverte d’esprit, toujours avide d’apprendre et de découvrir des nouveautés, d’inviter des intervenants passionnants. Un contexte où la mise à jour de ses connaissances n’est pas un vain mot. C’est avec un grand plaisir que j’ai suivi les cours durant cette année. Tracer la route pour y aller ne m’a jamais pesé car je savais qu’à chaque fois j’acquerrais de nouvelles connaissances et que l’ambiance y serait agréable. Les intervenants, d’horizons très variés, avec chacun sa personnalité bien marquée, ont tous apporté des connaissances intéressantes. Jamais je ne suis rentrée avec l’impression d’avoir perdu mon temps. J’ai énormément apprécié l’équilibre entre les parties théoriques et pratiques tout au long de la formation. Même si mon objectif se situe a priori dans le domaine des chiens, raison pour laquelle mon travail porte essentiellement sur eux, j’ai adoré découvrir davantage les NAC et reptiles. Je suis convaincue que ce n’est qu’en connaissant les différentes espèces que l’on peut au mieux les protéger. C’est dans cet esprit que mon choix s’était porté sur la formation complète. Un grand merci à toute l’équipe du Centre Canin Mirador qui, au fil des mois a été extrêmement accueillante, chaleureuse et compétente. La formation est bien organisée, les matières intéressantes et bien amenées, et les anecdotes nombreuses. J’ai passé de très chouettes moments avec vous !
2016 - 2017 (Hofstetter Sophie)
C’est timidement et peu sûr de moi que je me suis lancée dans l’aventure ! La partie théorique, dispensée par des professionnels, m’a réellement ouvert les yeux et appris beaucoup sur les besoins des animaux et les idées fausses que la plupart des néophytes se transmettent en pensant bien faire ! Combien il est important de connaître chaque espèce, cela permet de mieux répondre à leurs besoins. Le cours reptiles a été une totale découverte pour moi. La désensibilisation fût tellement bien abordée par Christian, un professionnel passionné. Chaque intervenant nous a transmis quelques clés d’une connaissance en constante évolution. La partie pratique m’a enseigné quelques bons gestes, plus d’assurance et de confiance en moi. Elle m’a permis d’apprendre avec de vais professionnels de différents milieux comment adapter, soigner, nourrir, anticiper et répondre du mieux possible aux besoins des animaux selon chaque espèce. Les cours d’éducation du Centre sont les moments que j’ai préférés. Un temps précieux pour le maître et son chien ou tous deux se font plaisir, s’investissent et apprennent à se faire confiance. J’ai vu là Laura dans le meilleur de ses rôles, patiente et déterminée, c’est avec des étoiles dans les yeux qu’elle transmet les bons gestes. Cette formation m’a permis de faire de belles rencontres, des gens biens, passionnés et humains, de mieux comprendre désormais les hommes et les animaux. Cette formation a permis aussi de révéler et d’évaluer ma propre capacité physique et mentale. J’ai beaucoup appris, et j’en ressors grandie. Un grand Merci !
2016 - 2017 (Pereira Andrea)
Dès le premier jour de formation j’ai été surprise par le module d’alimentation, je pensais que la meilleure nourriture pour les animaux on la trouvait des magasins avec ces marques connues… J’ai tout de suite compris que cette formation allait m’être très utile et allait m’apporter pleins de surprises intéressantes. Le module massage a été une très bonne surprise pour moi, je ne me rendais pas compte des effets que cela peut provoquer sur les animaux. J’ai toujours été consciente que les animaux ont aussi des sentiments et une énorme capacité de comprendre les choses mais j’étais loin d’imaginer à quel point leur cerveau pouvais être efficace. Le clicker a été une grande nouvelle pour moi. J’ai toujours éduqué mes chiens avec renforcement positif, j’ai beaucoup apprécié ce module. J’ai décidé de me lancer dans l’aventure de travailler avec les animaux. Petit à petit le rêve devient une réalité…
2016 - 2017 (Mariz Elsig Scarlett)
Jai eu la chance de pouvoir suivre les différents modules de la formation dans leur entièreté et sans restriction : ils furent très enrichissants. Cette formation m’a surprise par la quantité de connaissances qu’il est nécessaire d’acquérir afin d’être un professionnel accompli. C’est la toute première formation durant laquelle j’ai ressenti réellement l’envie de m’investir et de réussir. Etudier autant, après de nombreuses années, est un exercice complexe, difficile mais je sais que j’ai enfin trouvé ma voie et il est essentiel, quand nous la trouvons., de s’y accrocher. L’expérience acquise durant cette formation m’a notamment permis de réaliser que tout domaine qui comporte une présence animale, implique des connaissances qui lui sont propres, et cela même dans un magasin animalier, afin de permettre aux clients d’obtenir des bons conseils et de contribuer ainsi à ne pas entraver le bien-être de l’animal. Durant cette formation j’ai acquis de grandes connaissance théoriques que j’ai pu mettre en pratique au travers des stages effectués. Un professeur m’a dit un jour “la fin d’une formation n’est en réalité que le début”. Dans les années à venir mon souhait est de continuer à enrichir mes connaissances pratiques mais aussi professionnelles et d’ouvrir mon propre salon de toilettage canin. Mes remerciements vont à Genetti Corinne, Pastori Laura et à tout-e-s les intervenants-e-s qui ont partagé avec moi toutes leurs belles connaissances, ainsi que toutes les personnes qui m’ont épaulées durant mon parcours professionnel.
2016 - 2017 (Von Guten Nathalie)
J’ai appris tellement de choses, mais ne vais pas pouvoir tout exposer dans ce TP. Cette formation m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses, qui me permettrons dans le futur d’améliorer mon comportement face au monde animalier, tout en continuant à les aimer comme je l’ai fait jusqu’à ce jour, mais en permettant que mes connaissances apporteront un maximum pour une relation saine et bienveillante envers mes protégés ainsi qu’envers les animaux que je pourrai côtoyer sur le plan professionnel. Prendre un chien, c’est connaître sa race et ses attributs génétiques. Que puis-je offrir à mon chien, sachant qu’il doit se dépenser, jouer, manger sain, avoir un espace vital adapté, du temps, de l’attention, et de la diversité… Mon but dans cet exemple est de dire combien cette formation, même courte, m’a ouvert les yeux et permit de réfléchir. J’ai énormément appris, je ne peux pas tout mettre par écrit car j’en aurait pour des mois. Je peux juste dire que c’est une grande richesse, qui nous permet de renouer avec notre appartenance ancestrale à un tout, je ne veux pas faire dans le mysticisme, ce n’est pas le but ici, mais acquérir des connaissances par rapport à nos frères animaux, n’est pas un luxe, mais une nécessité.

2014 – 2015

2014 - 2015 (François Marion)

Formation 2014 extrait du TP de : François Marion

Secteur petits animaux :

Le Centre Canin offre une diversité impressionnante d’espèces d’animaux. J’ai ainsi pu me familiariser avec les oiseaux et les reptiles, espèces avec lesquelles je n’avais eu que très peu de contacts.

Il est primordial de connaître les besoins des espèces dont on a la charge.

Un animal diurne ne se nourrira pas durant la nuit, par exemple. Donc, il est important de faire un emploi du temps, afin de répondre aux besoins des diverses espèces d’animaux au bon moment.

Chaque espèce a des besoins différents : par ex. les reptiles n’ont pas tous besoin de lampe chauffante, ou de plante verte. Il faut se renseigner sur chaque animal dont on a la responsabilité et lui recréer un milieu se rapprochant le plus possible de son habitat naturel.

Protocoles de sécurité et d’hygiène :

– Attention à toujours fermer les cages

– vérifier les lampes chauffantes et changer les humidificateurs

– vérifier l’état de santé de tous les animaux

– ne pas mélanger les gamelles des différentes cages à cause de la transmission de maladies

– changer l’eau et renouveler quotidiennement la nourriture, qui doit être adaptée à chaque espèce, en quantité proportionnée

– désinfecter les gamelles, les barreaux, les perchoirs et bien rincer.

– enlever les crottes, nettoyer les sols

– peser les chats dans leur caisse de transport très régulièrement

Je n’avais pas conscience des problèmes que pouvait rencontrer un toiletteur canin. Je pense que le plus difficile dans ce métier est de constater l’état de négligence de certains chiens à leur arrivée chez le toiletteur.

Le toilettage n’a pas seulement pour but de rendre le chien plus beau, mais il a surtout pour intérêt d’éviter les infections de l’appareil génital, les mycoses, les otites, les conjonctivites, les infections, dues aux nœuds collés à la peau, ou dues aux plis de peau sales, d’éviter le tartre et les ergots qui poussent dans la peau.

Mes conclusions :

La génétique est un domaine complexe, et a provoqué en moi une prise de conscience : l’importance de son utilisation dans l’élevage, si le but poursuivi est d’améliorer ou préserver la race. Je me rends compte maintenant que réussir à produire de beaux chiots, en bonne santé, n’est pas chose facile. La probabilité que tout aille bien est faible, il y a toujours un sacrifice économique ou affectif à faire.

Je voudrais un métier complet, qui me permette de varier les activités, pare qu’il est utopique de croire que je pourrai vivre que de l’élevage. En effet, l’élevage est une pratique pour laquelle il faut investir beaucoup d’argent (investissement et rénovation des locaux conformément aux lois en vigueur, investissement dans le matériel, prix d’achat de la chienne, son entretien, tests morphologiques et caractère, radios en fonction de la race et des exigences des fédérations, tests génétiques, investissements identiques pour le mâle).

Concernant la pension, il st naïf de penser que les revenus sont réguliers. Ils varient en fonction des périodes de l’année. Il est donc important d’en tenir compte, et de répartir les revenus sur les mois creux.

Compte tenu de tout cela, mon projet professionnel s’affine au fil du temps et vise à diversifier certaines activités comme : éducation, toilettage, pension/garderie, qui me permettront d’aborder mon métier sous différents angles.

Je ne pensais pas que le toilettage me plairait, mais j’ai découvert qu’une grande partie de cette pratique consistait à apporter des oins nécessaires au bien-être du chien, et ne sont pas seulement effectués dans un but esthétique. Cette découverte a modifié mon approche du toilettage.

J’ai appris que la relation avec le client est fondamentale, Il faut prendre le temps de le rassurer, de poser des questions sur son chien, de s’intéresser à lui, etc… Il est souvent stressé à l’idée de laisser son chien à un inconnu, ce qui est normal. Un client satisfait et un chien content de revenir, voilà ma meilleure carte de visite.

Une organisation rigoureuse et stricte est la clef du bon fonctionnement de l’entreprise. L’hygiène et la sécurité sont des “labels de qualité” incontournables.

Chaque chose doit être réfléchie, parce que la moindre erreur peut coûter une vie. Les solutions de facilité, et le laisser aller, sont à bannir.

Pour être indépendant, il vaut mieux être passionnée, parce qu’il n’est pas question de compter ses heures de travail. Les animaux ont besoin de nous nuit et jour, même le dimanche. Il faut donc pouvoir trouver une personne de confiance qui pourra me remplacer de temps en temps.

REMERCIEMENTS :

Je tiens à remercier le Centre Canin pour son initiative : l’obligation de faire une formation cynologique, pour avoir le droit de s’occuper de chiens. C’est à mon avis indispensable. Cela va limiter les accidents et je l’espère améliorer les conditions des animaux en Suisse.

J’ai été aussi très contente de découvrir la CES. C’est un combat difficile et important et je vous remercie pour m’avoir ainsi montré la voie.

J’ai pris beaucoup de plaisir avec les cours d’éducation canine (grâce à Laura), et j’ai fait des progrès. Les cours spécialisés comme la recherche de personne ou d’objets étaient passionnants.

>J’ai pu expérimenter l’animation de camp pour enfants avec des chiens, et je remercie le Centre Canin pour cette expérience très enrichissante et pour la confiance qu’il m’a accordée.

J’ai eu la chance de pouvoir profiter également de l’expérience du Centre Canin dans le domaine des assurances et des contrats. Certains clients sont malhonnêtes ou de mauvaise foi, il est important de se prémunir face à ce genre de problème. Mme Genetti nous a fait profiter des ses mauvaises expériences : elle nous a expliqué l’intérêt d’avoir des assurances professionnelles, et de faire des contrats complets pour chaque activité.

2015 – 2016

2015 - 2016 (Roux Shona)
Le samedi 5.09.2015 commençait mon année de formation au CCM à St-Légier. On est tout de suite entré dans le vif du sujet, j’ai pu découvrir avec beaucoup de tristesse que le monde du chien n’était pas tout rose. En effet, je n’aurais jamais pensé que la première maltraitance envers le “meilleur ami de l’homme” était l’ignorance et la solitude qu’on lui inflige. L’homme prétend être le meilleur ami du chien, vu qu’il est complètement dépendant de nous, mais comment peut-ont dire que le chien est notre meilleur ami quand on ose le laisser seul toute une journée enfermé dans un petit appartement, lui qui aime tant courir. Les animaux ne sont pas des objets qu’on achète et qu’on dépose dans un coin. Ils font partie de notre vie et si on désire en faire l’adoption, on accepte l’animal avec les soins et les besoins qui lui sont spécifiques. La fin de cette première journée de cours m’avait beaucoup bouleversée. Il m’a suffi d’une seule et unique journée pour me remettre en question… Lors de mon stage pratique, j’ai appris qu’un chien seul n’a pas le même comportement que celui qui vit en groupe. J’ai également pu me rendre compte que son comportement dépend de sa génétique et de son environnement. Grâce à la formation, j’ai pu me rendre compte qu’en fait le chien que je croyais si bien connaître m’était en fait totalement inconnu et j’ai appris à faire sa connaissance. Maintenant je me demande combien de personnes sont dans la situation dans laquelle je me trouvais et ne connaissent en fait pas vraiment leur chien ? La formation m’a apporté autant de maturité, de confiance en moi, ainsi qu’envers les personnes qui m’entourent et énormément de connaissances. Je me suis surprise moi-même en faisant des choses dont je ne me croyais pas capable. J’en ai appris beaucoup durant cette année et j’en ai encore tant à apprendre dans les années à venir. Je suis heureuse et très reconnaissante d’avoir fait la rencontre de nombreuses personnes qui partagent la même passion que moi, avec qui nous avons chacun pu partager nos expériences. Je remercie et je suis surtout ravie d’avoir eu la chance d’avoir eu Mme Corinne Genetti, ses filles Laura et Lisa Pastori ainsi que Morgane Kurzo en tant qu’intervenantes et responsables qui nous ont appris et formés durant cette belle année de formation. La profession de soigneur animalier n’est pas ce que j’imaginai au début, c’était difficile pour moi de prendre un nouveau rythme et de m’habituer à ce changement de vie avec des horaires inhabituels mais maintenant je ne compte pas faire une autre profession. Maintenant que je suis lancée, j’ai la soif d’en apprendre plus, de pouvoir enfin me lancer dans le plus grand objectif de ma vie.
2015 - 2016 (Cottet Fabien)
Je commence ma formation par un premier cours théorique sur les NAC qui m’a passionné. Je sais tout de suite que j’ai fait le bon choix en m’inscrivant à cette formation. Je me rappelle quitter le Centre tout content de ce premier jour de cours. S’occuper des NAC Nouveaux Animaux de Compagnie, est plus compliqué qu’il n’y paraît. Cela demande beaucoup de place, une bonne hygiène et surtout beaucoup de connaissances. Bien que beaucoup de gens pensent que le toilettage est uniquement esthétique, il n’est pas négligeable et même nécessaire, surtout pour certaines races ! Un chien en manque d’entretien et d’hygiène peut être sujet aux mauvaises odeurs, parasites, gingivite, otite, etc.. cela influence aussi son comportement, son état physique et joue indéniablement sur son moral. La négligence du toilettage amène à de la souffrance et à des problèmes de santé, c’est donc de la maltraitance ! Ce domaine n’était pas nouveau pour moi car j’ai déjà eu pas mal d’expériences avec les animaux, je connaissais donc déjà un peu le métier. Ce fut quand même six mois riches en apprentissages mais aussi en rencontres. Le fait de travailler avec des gens qui partagent la même passion pour les animaux que soi ne peut être qu’enrichissant. Le personnel du Centre Canin a été plus que compétent et très professionnel durant toute ma formation. Je ne regrette en rien cette formation qui m’a permis d’en savoir beaucoup plus sur ces animaux que j’aime tant. “la grandeur d’une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés par la manière dont elle traite les animaux” Gandhi Un grand merci à toute l’équipe du Centre Canin Mirador et du Tropiquarium !
2015 - 2016 (Prelaz Nathalie)
J’ai été étonnée du nombre de cours dispensés, ainsi que les nombreux sujets abordés. Je n’imaginais pas que le métier d’assistant en soins animaliers, pouvait être aussi complexe. Ces cours, vétérinaire, comportement, gestion de la pension, élevage, infirmerie, accueil des clients, m’ont énormément appris et préparée à ce que j’allais voir, et faire en pratique. Je tire de cette expérience le fait que dans ce métier, mais aussi dans la vie de tous les jours, rien n’est acquis et que nous avons toujours quelque chose à apprendre. Que ce soit de nos erreurs, des gens ou des animaux, qu’une constante remise en question est nécessaire pour avancer, et améliorer ses capacités. Je suis heureuse d’avoir fait mes heures de formation au CCM, car j’y ai rencontré des gens passionnés par les animaux et par leur métier, qui ont à cœur de partager avec nous leurs connaissances, et leurs expériences. Ces personnes font preuve de beaucoup de patience, et prennent le temps de nous expliquer les choses, le nombre de fois qu’il est nécessaire jusqu’à ce que nous ayons compris. Les cours théoriques, ainsi que les heures de pratique m’ont tout appris, ils étaient passionnants, et je trouve génial de rentrer chez soi et de pouvoir partager toutes les nouvelles connaissances acquises lors de la journée. J’espère que cette sensation continuera à me suivre encore longtemps.
2015 - 2016 (Dubuis Valentine)
Aujourd’hui, je sais que ce que je pensais du chien, l’image du petit toutou parfait, est fausse. Chaque chien est différent par son caractère et sa personnalité. Il faut s’adapter à toute situation car on ne sait jamais comment il peut réagir, et c’est ce que j’aime dans ce métier. On ne sait pas ce qu’il va arriver demain, on ne sait pas si on va finir à l’heure ou si on va devoir quitter le boulot en milieu de l’après-midi parce qu’un chien est blessé. On en peut tout simplement pas prévoir les choses. Les cours théoriques était vraiment bien. Ceux que j’ai préféré sont les cours avec Corinne Genetti. Explications claires, anecdotes qui marquent. Avec Mr. Derwey. J’ai découvert les reptiles ce jour-là. Des animaux que je ne connaissais pas du tout, que j’ai appris à connaître et que j’aime beaucoup. maintenant. J’ai rencontré des gens géniaux tout au long de cette formation. Des gens qui m’ont transmis leur savoir, leur humanité. J’ai beaucoup grandi depuis 2 ans. Humainement, en maturité. Je me suis forgée, j’ai pris confiance en moi, en mes choix. Aujourd’hui, je ne suis plus autant têtue qu’avant. J’accepte les remarques des autres même si elles ne sont pas toujours bonnes à entendre. C’était un vrai plaisir de travailler au Centre. Juste Merci pour ce que vous m’avez apporté.

2013 – 2014

2013 - 2014 (Pastori Lisa)

Formation 2014 extrait du TP de : Pastori Lisa-Marie

Tombée dans la marmite étant petite cette expression d’Astérix et Obélix me va comme un gant et pourtant… Retour 24 ans en arrière, née dans cette famille ou l’amour et la passion des animaux semble embrasser tout le monde, au moment de faire mon choix professionnel, je décide de me lancer dans l’inconnu, dans un domaine où l’esthétisme est roi ou l’apparence est très importante. Etant moi-même très coquette, j’étais persuadée de faire le bon choix, mais très vite, j’ai pu m’apercevoir que le cœur et la sincérité n’avait pas vraiment sa place dans ce milieu. Comme il se dit parfois : nous revenons toujours à nos premiers amours. Ainsi, me revoilà au cœur du Centre Canin avec les miens, ma famille, ceux que j’aime, plus motivée et déterminée que jamais à apprendre, voir, écouter, recevoir les meilleurs enseignements du monde animalier. Dans un premier temps pour l’obtention du Diplôme de capacités cynologiques et animalier mais également pour approfondir le secteur élevage que je trouve fascinant mais aussi très complexe.

PENSION :

Lorsque les gens nous confient leur chien ils sont inquiets. Il est donc de notre devoir de les rassurer. Cela commence par un accueil aimable et chaleureux, un service professionnel ainsi qu’un établissement propre. Il est également important de nous prémunir face à cette inquiétude car nous travaillons avec des être vivants. Par conséquent, le chien de Monsieur ou de Madame ne se comporte pas de la même façon que chez lui lorsqu’il est en groupe. Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de ce comportement (stress – effet de meute)

ELEVAGE :

Nous voici au cœur de mon sujet favori, l’élevage. En effet, quoi de plus beau que d’assister à une naissance ? Ce qui me plaît dans ce domaine ? TOUT ! Je suis intensément du début à la fin toutes les étapes. Que ce soit l’évolution de la gestation, la mise-bas, répertorier les chiots, les soins à leur prodiguer, le sevrage, en passant par la socialisation jusqu’au moment de leur départ, tout me passionne et me fascine. C’EST LA VIE QUI COMMENCE !

TOILETTAGE :

De nos jours, le toilettage en Suisse est malheureusement un peu considéré comme une option, comme quelque chose de purement esthétique et superflu, mais il n’en est rien ! Il faut que les propriétaires prennent conscience de l’importance du toilettage car outre le fait de rendre Médor plus beau, il en va de sa santé et de son bien-être.

VOYAGES ET FORMATIONS A L’ETRANGER :

Le Centre Canin fait partie de l’organisation canine internationale Worldwide, j’ai la chance de pouvoir voyager dans les divers pays qui en font partie. Durant ma formation, j’ai pu voyager en France et en Espagne, notamment Paris où j’ai suivi un cours pour apprendre les bases du massage pour nos amis à 4 pattes. Les voyages sont riches en expérience aussi bien du point de vue formation que sur le plan humain. Tout enseignement et bon à prendre et les possibilités sont vastes car il est possible de partir lors de championnats de beauté, suivre un cours de perfectionnement de toilettage ou pour aller chercher de futurs reproducteurs pour l’élevage.

CONCLUSIONS :

Ma formation touche à sa fin ! Le travail personnel devait en partie reposer sur le thème “du Rêve à la Réalité” Pour ma part, il était difficile de me faire de fausses illusions sur le métier de soigneur animalier (gardien d’animaux) car étant née dans ce milieu je connaissais déjà les difficultés de ce beau métier. Néanmoins, j’ai pu approfondir le sujet surtout sur le plan théorique. Cette formation fût riche en émotions et en savoir. Je suis très fière de faire partie de la team du Centre Canin car elle offre une large palette de services professionnels, à sa clientèle et par la même occasion, divers secteurs pour son personnel et ses élèves en DCCM (Diplôme de capacités cynologiques et animalier) Ainsi je tiens à souligner le fait que je ne regrette pas un seul instant mon nouveau choix professionnel, bien au contraire. Il me tient également à cœur de terminer avec cette citation :

– les animaux ont des droits. Le droit d’être protégés par l’homme, le droit à la vie, à la multiplication de l’espèce et le droit de n’avoir aucune dette envers l’homme. (Luther Standing Bear)

2013 - 2014 (Payot Cora)

Formation 2014 extrait du TP de : Payot Cora

LES PETITS ANIMAUX :

J’ai énormément appris sur les petits animaux concernant leurs origines, les soins à leur prodiguer ainsi que sur leurs habitats naturels à prendre très au sérieux lorsque l’on souhaite en faire du pensionnat/gardiennage. Je ne connaissais pas non plus leur durée de vie, de gestation et l’attention à porter à chacune des espèces et ce, de manière distincte, dont de bonnes connaissances sont à acquérir surtout pour en faire l’élevage.

Le Centre Canin a considérablement comblé mes lacunes sur de nombreux domaines, mais je pense que ce n’est pas forcément dans celui-ci que je me dirigerais par la suite bien qu’ils soient tous adorables, qu’il s’agisse des animaux que j’ai vu durant mes cours ou les autres.

LES CHATS :

Ce félin est l’une de mes véritables passions tant sur le plan personnel que professionnel. J’ai appris beaucoup de choses au Centre Canin ce qui, allié à mes propres expériences en gardiennage et en élevage me permettra par la suite d’aller plus loin. Le Centre comporte une pension qui m’a permis de voir sur le terrain de quelle façon cela se passe.

J’ai énormément apprécié pouvoir m’en occuper, les animaux du Centre sont très bien entretenus.

Les cours se sont surtout portés sur l’élevage, les oins vétérinaires ainsi qu’une connaissance générale de ce majestueux animal de compagnie.

LES CHIENS :

Nous avons appris à entretenir les boxes, êtres attentifs à leur santé, une grande partie de ce qui concerne les lois canines, d’élevage et de gardiennage et de savoir reconnaître le type de caractère de chacun des pensionnaires. J’ai également trouvé très intéressant de participer à des tests de comportement en jouant divers rôles en groupe avec l’équipe.

LE TOILETTAGE :

Le toilettage est un grand sujet où l’on a pu voir tout ce qui se fait en matière de soins esthétique tant pour le bien-être que pour le confort de l’animal.

La coupe de la frange permet d’améliorer la visibilité de l’animal. Celle des coussinets permet d’éviter les blessures à terme à cause des nœuds et rend sa démarche plus confortable. Le tour de l’anus lui confère une hygiène et un aspect plus propre, etc.

Chaque coup de ciseau à sa raison d’être mais pas seulement : il existe également une grande part dans le toilettage ou celui-ci permet quelques fantaisies au gré des saisons et des envies du propriétaire. Mais, quoi qu’il en soit, c’est un moment important pour l’animal, un moment de bien-être et d’entretien qu’il ne faut pas négliger. Bien que cela ne soit pas ma voie, j’ai beaucoup appris sur ce domaine au Centre Canin.

REMERCIEMENTS :

C’est ici que je remercie chaleureusement le Centre Canin Mirador de St-Légier, tenu par Corinne Genetti – propriétaire des lieux et Laura Pastori – fille de la propriétaire.

J’ai travaillé avec des gens supers, très agréables et chaleureux, tous passionnés par le domaine animalier. Ils m’ont permis de comprendre de plus prêt ce que représente cette belle activité et d’en vouloir d’avantage, quoi que précédemment bien convaincue, d’en faire ma profession.

2013 - 2014 (Stäger Natacha)

Voyage entre Rêve et réalité : Natacha Stäger

Ce que je retiens de cette année…

Tant de choses !!!

Quelle fabuleuse année ! J’ai adoré ! J’ai fais ce que j’aime…!

Je ne peux malheureusement pas écrire et développer sur tout ce que m’a apporté cette année avec vous sous peine de faire de ce travail un pavé !

J’ai donc décidé de sélectionner et de développer les aspects qui me semblaient les plus essentiels sur ces différents métiers et d’y apporter une petite touche personnelle, un peu de moi… Des magnifiques métiers et pourtant pas faciles !

Les autres aspects de la formation que ne n’ai pas développés mais que j’ai trouvé passionnants sont : Le cours de toilettage donné par Maria, l’éducation, les deux cours sur le comportement canin, celui sur l’alimentation et l’aspect légal lié à ces différentes activités. Le cours sur les assurances n’a pas retenu mes faveurs mais reste un aspect hyper important et incontournable de ces métiers.

Le comportement canin parce que c’est passionnant et indispensable quand on veut travailler avec des chiens tout simplement… L’alimentation parce que c’était un sujet que j’avais déjà approfondi lorsque j’ai du changer la nourriture de ma chienne.

L’importance de l’aspect légal qui entoure ces activités autour des animaux m’a beaucoup surprise… En effet, voyant les divers élevages, les petites pensions ou entreprises de Dog Sitting pousser comme des champignons, je ne m’imaginais pas qu’il puisse y avoir autant de lois qui régissent les activités avec les animaux… Le fait d’avoir acquis des connaissances à ce sujet et le fait de savoir où aller chercher les informations si nécessaire me permettront de débuter une activité dans les règles de l’art et dans le respect des lois.

Au delà de tous ces aspects, on peut dire que durant cette année j’ai pris de la maturité sur la façon que j’avais d’aborder ces différents métiers. J’ai également pu profiter de ces nouvelles connaissances pour améliorer certaines choses dans mon élevage.

Il reste encore un aspect, et qui n’est pas des moindres pour moi, celui de l’aspect émotionnel… On peut dire que cette année a été riche en émotions diverses ! Dans ces métiers, en particulier celui de l’élevage, il y a certes de nombreux bons moments mais également des périodes difficiles où il faut savoir faire preuve de beaucoup de courage et d’une grande motivation pour continuer malgré parfois les doutes ou le découragement. C’est dans ces moments là que revêt toute l’importance d’être entouré de gens qui sachent nous épauler et nous conseiller.

J’imaginais…

que pour garder des animaux, il fallait avant tout les aimer, avoir un peu de place et du temps à leur consacrer…

La réalité…

oui il faut tout ça, mais pas seulement ! J’ai pu prendre conscience que ce qui est important avant tout est de bien les connaître… Bien les connaître, pour pouvoir répondre à leurs besoins tant biologiques qu’alimentaires, de soins et d’infrastructure. Ces connaissances passent par une formation.

La garde d’animaux implique des responsabilités, une responsabilité vis à vis de l’animal qui nous est confié mais également vis à vis de la personne qui nous le confie. On engage notre responsabilité tant sur le plan moral que vis à vis de la loi. Dans ce métier, il est primordial qu’un lien de confiance s’établisse entre le soigneur, l’animal et le propriétaire de celui-ci.

Le gardiennage d’animaux est un métier difficile qui se pratique par tous les temps, un métier dans lequel une présence est nécessaire sept jour sur sept et dans lequel on est confronté à des odeurs ou des visions parfois désagréables… Je me souviens avec un petit haut le cœur de la naissance d’un chiot de Savane… ou de cette longue période d’hiver où je me demandais qui du doigt ou de l’orteil j’allais perdre en premier en nettoyant les parcs ou en allant amener de l’eau et du foin aux chevaux…

La personne qui garde des animaux doit pouvoir également avoir l’infrastructure nécessaire pour accueillir et gérer des groupes d’animaux qui sont composés de caractères, de tailles ou de sexes différents, ou simplement pouvoir isoler un animal malade, trop stressé, une femelle en chaleurs, ou un animal qui ne s’entend pas avec ses congénères. J’ai pris conscience que dans le cadre d’une pension telle que je l’avais imaginée, cela pourrait vite devenir un peu laborieux en fonction des situations.

Par le regard attentif que doit porter le gardien d’animaux sur l’animal confié, il doit être capable d’avoir un rôle de suivi de l’animal et pouvoir informer le propriétaire sur d’éventuels faits, maladies ou comportement qu’il aura constatés et qui auraient pu échapper au propriétaire…

J’imaginais…

bien que d’être éleveur ne se limitait pas qu’à mettre deux animaux ensembles pour qu’ils se reproduisent mais n’avais qu’une idée incomplète de tout ce que cela pouvait impliquer. De par mes expériences et par intérêts personnels, j’ai déjà pu apprendre beaucoup de choses “sur le tas” lorsque nous nous sommes lancés dans l’élevage de chats.

La réalité…

l’élevage c’est des joies et des chagrins… L’élevage est un métier tellement passionnant mais pourtant tellement difficile ! Passionnant d’abord par la multitude de connaissances qu’il faut pouvoir acquérir tant sur le comportement, le caractère, la génétique, les maladies, et les besoins biologiques de l’animal que l’on élève puis par l’aspect un peu plus “historique”. Cette connaissance historique passe par la connaissance des différentes lignées et animaux qui peuvent être présents dans un pedigree.

C’est aussi un métier difficile… difficile car il faut savoir prendre les bonnes décisions qui ne sont pas toujours de bonne décisions pour nous… difficile parce que les choses ne sont jamais toutes noires ni jamais toutes blanches et que malgré toute la bonne volonté et l’attention dont on peut faire preuve, nous sommes quand-même bien obligés de composer avec les événements qui peuvent survenir jour après jour…

Pour moi, le métier d’éleveur c’est avant tout une grande responsabilité vis à vis des animaux que l’on fait naître. Une responsabilité vis à vis de leur santé et sur la vie qu’il leur sera offerte par le choix que nous ferons de leur nouvelle famille. Ce choix peut parfois faire partie des choses difficiles à vivre lorsque l’on se trompe.

Le rôle de l’éleveur est pour moi de faire naître des animaux en bonne santé, de veiller à leur bien-être environnemental, physique et “psychologique” afin de faire tout ce qui est dans la mesure du possible pour assurer à l’acheteur un animal équilibré dans un corps sain.

Dans ce sens, il me paraît être aussi évident que l’éleveur doit travailler pour la race et non pour les effets de mode qui peuvent être préjudiciables à l’animal. C’est un choix difficile à faire puisque les standards de race imposent certaines choses qui peuvent être contraires a bon sens et qui peuvent porter préjudice à l’animal. Dans ce cas, je pense qu’il est préférable de trouver un juste milieu, à savoir produire des animaux en bonne santé, tout en restant dans le standard mais sans tomber dans l’extrême quitte à être peut-être un peu à contre courant…

J’imaginais…

que le toilettage était surtout réservé à une clientèle guindée, à l’aise financièrement et certainement un peu fainéante pour qui le fait d’amener Médor chez le toiletteur n’était finalement qu’une expression de plus de leur rang social… Après tout… être toiletteur c’est simplement savoir brosser, laver et sécher un chien… Non ? !!

La réalité…

Que nenni ! J’ai réalisé que le toilettage est un VRAI métier qui ne se résume pas à ça ! Et que non… la clientèle n’est pas toujours aisée et fainéante mais qu’il peut aussi s’agir de gens qui se sont laissés déborder, qui peuvent parfois être dans l’incapacité physique de faire eux-mêmes l’entretien de leur animal ou simplement qui préfère le confier à une personne de confiance dont c’est le métier.

Les relations de confiance, voici aussi une part très importante du métier que j’avais sous-estimée ! Qu’elles soient entre le toiletteur et le client ou le toiletteur et l’animal, elle sont toutes deux indissociables. En effet, un client qui aura trouvé de l’écoute, la compréhension de ses besoins et de bons conseils de la part de son toiletteur sera satisfait, et il sera d’autant plus si son animal, qui aura été traité avec ménagement et respecté pendant le toilettage, a du plaisir à revenir et ne freine pas des quatre pattes sur le pas de porte !

Etre toiletteur c’est aussi avoir de solides connaissances sur le chien, la façon dont il s’entretien et les différents problèmes de peau, de poils ou de maladie qu’ils peuvent développer.

Dans ce cadre, j’ai également pris conscience de l’importance du toiletteur dans le rôle de “pont” qu’il peut jouer entre le propriétaire et l’animal au niveau de la santé de ce dernier. Le propriétaire qui vit tous les jours avec son animal ne le regarde pas forcément sous toutes les coutures et peut passer à côté de différents petits problèmes que4 l’animal peut avoir, alors que le toiletteur formé doit, par les connaissances et compétences qu’il a acquises, avoir ce regard de contrôle et doit pouvoir en informer le propriétaire si nécessaire.

Comme dans chaque métier, il y a des connaissances et compétences techniques à acquérir. Elles ont évidemment une grande importance puisque le résultat final, le bien-être de l’animal, et donc la satisfaction du client en dépendra !

Non, on ne lave pas un animal encore plein de nœuds et avec n’importe quel shampoing ! Non, on brûle pas l’animal en utilisant n’importe comment un séchoir ! Non, on épile pas un chien à n’importe quel moment ! et non, on ne tire pas sur des nœuds pendant des heures et des heures… !

Le toilettage est un art qui demande de la créativité !

Tout comme pour le gardiennage de chiens, le gardiennage de chats et de NACS requiert des connaissances sur les espèces que l’on est amenés à garder.

Un propriétaire de chat ou de NACS n’est pas moins soucieux au moment de confier son animal.

A la différence des chiens ou des chats dont les besoins varient peu en fonction des races, ceux des petits animaux et en particulier des reptiles, peuvent énormément changer en fonction de leur origine. Une tortue c’est une tortue… oui mais… une tortue d’Hermann ne se détient pas de la même façon et n’a pas les mêmes besoin qu’une Pardalis ! Il est donc indispensable de savoir où se renseigner sur les besoins des espèces qui nous sont confiées, si elles ne font pas partie des animaux que nous gardons habituellement et sur lesquels nous avons déjà des connaissances.

La garde de chats et de NACS fait partie de ce que l’on peut proposer comme service supplémentaire à la garde de chiens. C’est un service qui permet d’élargir ses activités et qui ne demande pas une charge de travail quotidienne trop importante.

Les autres aspects importants qui entourent ces métiers

L’hygiène…

L’hygiène est une partie essentielle dans chacun de ces métiers. En effet, que ce soit lors d’un toilettage, lorsque l’on garde un chien en pension ou lorsqu’on l’élève, il existe un risque de contamination par des bactéries, des virus ou différents parasites.

Il y a un risque de contamination pour l’animal mais également pour l’homme et la contamination peut se faire par contact direct avec un animal contaminé ou par contact indirect par des objets ou par l’infrastructure.

La limitation et la prévention de ce risque tant pour l’animal que pour l’homme passe par une hygiène stricte des locaux, du matériel, de l’animal en lui-même et de la personne qui est en contact avec eux. Elle comprend entre autre : Les règles d’hygiène au niveau alimentaire (vaisselle, stockage des aliments etc..) Les règles d’hygiène au niveau des locaux et du matériel (nettoyage, désinfection, aération etc…) Les règles d’hygiène au niveau des animaux (entretien des animaux, ne pas mélanger les espèces, quarantaine etc…) Les règles d’hygiène personnelle (ne pas utiliser le même matériel pour les animaux que pour nous, se laver les mains régulièrement et entre chaque espèce etc…)

Administration, organisation et communication

L’administration fait partie intégrante de ces trois métiers. Tenir un agenda, établir des contrats et rédiger des courriers, tenir une comptabilité et des stocks, tenir à jour les dossiers clients, payer des factures et encaisser les prestations fournies… Toutes ces tâches représentent une part non négligeable du travail quotidien et une attention toute particulière doit lui être apportée. Pour que tout fonctionne bien et que tout soit fait à temps et dans les règles de l’art, il faut avoir une bonne organisation ! Une bonne organisation requiert de savoir fixer des priorités, de distribuer les tâches correctement et/ou d’avoir une bonne logique dans la planification et l’exécution de celles-ci.

La communication est très importante à tous les niveaux pour le bon fonctionnement d’une structure. Avec le client, par le biais de la publicité ou par l’écoute attentive des informations qu’il nous transmets par rapport à son animal et par retour que nous pouvons lui faire sur le séjour passé chez nous par son animal. Par le partage avec les éventuels collègues afin que les informations importantes soient à la disposition de tous et en tout temps. Il est important de bien consigner toutes les informations qui nous sont données.

Une bonne communication avec les différents partenaires tels que les fournisseurs ou le vétérinaire est très importante.

De part la formation, je suis maintenant plus en mesure de comprendre ce que m’explique mon vétérinaire, de comprendre ce que cela peut impliquer et les mesures ou précautions à prendre.

Clients et aspects financiers : Durant cette année, j’ai pris conscience de l’importance du client ! Hé oui, on ne travaille pas qu’avec des animaux mais également avec des gens ! Qu’au delà des connaissances et compétences “animalières” il faut également savoir faire preuve d’écoute, de compréhension tout en sachant rester ferme, avoir des infrastructures et une présentation irréprochables, éléments indispensables afin d’établir une relation de confiance avec lui. Un client à qui l’on propose quelque chose de différent, qui est en confiance et satisfait sera un client fidèle et c’est lui qui sera notre meilleure publicité !

Sans client, pas de chien, sans chiens pas d’argent…

L’argent… en voilà encore un volet essentiel ! Sans lui, comment subvenir aux besoins de nos animaux ? Comment payer les frais liés à notre activité ? Comment espérer en sortir un salaire ?

Il est primordial de calculer nos prix en prenant compte tous les frais inhérents à l’activité et de travailler de manière à ne pas dépenser les ressources financières inutilement par des gaspillages afin de pouvoir les investir dans ce qui est vraiment important.

J’ai pu constater également qu’il était nécessaire de varier et de compléter les activités ou d’avoir une très grande infrastructure si on espère pouvoir en faire une activité principale et vivre uniquement de ça.

Pin It on Pinterest

Share This